CHAPITRE FONDATEUR

 

La NORML est la plus ancienne association de lobbying axée sur la fin de la prohibition du cannabis.

Le groupe a été fondé en 1970 aux Etats-Unis. Il est à l’avant-garde des réformes depuis, et a joué un rôle important dans la légalisations actuelle de certains états des Etats-Unis.

La NORML, “National Organization for the Reform of Marijuana Laws“, est une organisation à but non lucratif concentré sur la légalisation du cannabis.

Son objectif est la réforme des lois et la mise en place de nouvelles lois sur le cannabis.

La NORML possède différents rôles :

Elle défend et fait du lobbying sur les législateurs des états et au niveau fédéral.

Elle est également un centre de recherche et d’information.

L’association organise des forums et des conférences.

Elle soutient aussi un vaste réseau international d’activistes.

La NORML joue également un rôle en influençant les réformes juridiques majeures dans les salles d’audience.

L’association mène des recherches importantes et ciblées sur le cannabis.

La NORML est basée à Washington DC.

Elle possède un réseau à travers les Etats-Unis qui comprend entre autre de nombreux campus universitaires.

La structure organisationnelle de NORML a servi d’exemple pour la création de plusieurs autres branches régionales, nationales et internationales.

Des chapitres à l’international tels qu’au Royaume-Uni, en Irlande,en Australie, au Canada en France et au Benelux…

Actuellement, l’organisation compte 185 sections et un comité juridique composé de 550 avocats travaillant sous la bannière de NORML.

La NORML a été fondée au milieu de l’activisme étudiant pendant la fin des années soixante et au début des années soixante-dix.

Keith Stroup, avocat originaire de l’illinois, à decidé de crée cette organisation après sa rencontre avec l’activiste politique Ralph Nader, candidat à la présidence des Etats-Unis.

Il s’est inspiré de Nader pour se consacrer aux droits des utilisateurs de cannabis comme on le ferait pour n’importe quel groupe d’intérêts de consommateurs.

La NORML devint légitimement la voix des consommateurs de cannabis et traitait les usagers de cannabis comme n’importe quel autre groupe de consommateur.

M. Stroup a occupé le poste d’administrateur dirigeant jusqu’en 1979 et a réintégré le conseil d’administration en 1994 jusqu’en 2005.

Il demeure actif dans le processus de légalisation du cannabis et en tant que conseiller juridique.

Son successeur est Allen St Pierre qui occupe le poste depuis 2005.

M.Stroup reçu une subvention de la Fondation Playboy pour financer l’association.

L’aide d’Hugh Heffner pour l’association donna une base financière afin de devenir le premier groupe de lobbying pour le cannabis du pays durant les années 70.

La subvention contribua également à la longévité de l’association.

L’impulsion immédiate pour le groupe fondateur fut l’adoption du “Control Substance Act“. Le CSA rangea le cannabis dans la classe des drogues de catégorie I.

En 1972 toutefois, une commission présidentielle fut désignée pour savoir si oui ou non le cannabis devait être décriminalisé.

Créée en 1997, la fondation NORML se consacre à la recherche et à l’éducation.

En 1998, la fondation a publié le Rapport de NORML sur la production intérieure américaine de marijuana.

Un rapport célèbre et largement cité en référence qui présente une estimation du nombre et de la valeur des plants de cannabis cultivés aux États-Unis pour l’année considérée.

En 2005, la fondation a publié un autre rapport notable, qui présente entre autre un état des lieux approfondi de la recherche contemporaine dans le domaine des applications médicales du cannabis et des cannabinoïdes.

L’une des premières répercussions de NORML a été de publier les résultats de leurs recherches.

Comme résultat, durant les huit années suivantes, leurs recherches furent instrumentalisées pour décriminaliser l’usage en créant de nouvelles lois d’état.

Durant la fin des années quatre-vingt et au début des années quatre-vingt-dix, NORML était aussi devenue l’une des puissantes voix derrière l’état de Californie, afin de légaliser la consommation thérapeutique, en 1996.

Depuis, elle s’est montrée présente dans toute les batailles pour que les états réforment.

Le groupe est aussi responsable d’avoir lancé la première action en justice contre le gouvernement invoquant que le cannabis devrait être reclassé pour un usage thérapeutique.

Le patient était un résident de Washington DC appelé Robert Randall et souffrait d’un glaucome. Il est devenu, part cette action en justice, le premier patient de cannabis thérapeutique aux Etats-Unis, en 1976.

La NORML défend « un usage responsable du cannabis ».

Les lobbyistes qui ont commencés à travailler pour l’association en tant qu’étudiants, ont menés des initiatives d’état et fédérales importantes.

Et même si aujourd’hui il existe plusieurs groupes nationaux aux Etats-Unis qui ont la même renommée, aucun d’entre eux n’a le même parcours historique que NORML.

Certain de leurs travaux les plus durables se sont astucieusement joués de l’utilisation de la politique, du processus législatif et des médias.

Cela a continué à avancer comme la légalisation a continué de progresser dans ce nouveau millénaire.

L’association lança une pétition en 2009 pour le nouveau Président Barack Obama.

Ils demandèrent que le problème du cannabis soit traité d’un point de vue sanitaire et non d’un point de vue criminel.

En 2011, NORML a contribué au tout premier projet de loi sur la légalisation du cannabis présenté devant le Congrès des États-Unis.

Le travail d’organisations telles que NORML et de leurs diverses sections, ainsi que d’autres organisations à but non lucratif telles que le Cannabis College à Amsterdam est primordial pour la mise en place à l’échelle mondiale de lois sur le cannabis plus justes et plus libérales.

Sans la détermination et l’engagement de ces organisations, la tendance actuelle en faveur de la libéralisation et de la dépénalisation des drogues ne serait certainement pas d’actualité et bien moins avancée, et il en irait de même pour la sensibilisation mondiale sur les questions liées au cannabis.

Au-delà des campagnes spécifiques et la législation que NORML a défendue, l’association a fait bien plus encore.

Fidèle à ses principes fondateurs, NORML a réussi à recadrer un débat important. Cela commence par un principe très basique. Les usagers de cannabis sont aussi des consommateurs. Ils devraient avoir le droit à un approvisionnement légal de cannabis pour un usage responsable. Cela comprend à la fois la consommation thérapeutique mais aussi la consommation récréative.

Aujourd’hui bien sûr, cette idée est devenue formatrice pas seulement pour les activistes purs et durs, mais également pour le courant principal.

Et alors qu’il y a encore beaucoup d’endroits où le cannabis soit toujours illégal, il a finalement, fait son chemin sur l’agenda des réformes à travers le monde.

Évidemment, les réformes ne se font pas seulement grâce à une personne ou même un groupe.

Cependant, NORML mérite une bonne part du crédit pour avoir identifié un problème important, et avoir fait de leur mieux pour amorcer de nouveaux changements tout en représentant les consommateurs.

Il n’existe aucune autre association qui a défendu le cannabis comme l’a fait NORML…

error: Content is protected !!